Trois nouvelles friches industrielles vont être réhabilitées

La SPAQuE vient d'être mandatée pour la réhabilitation des sites "AMS sud", "Charbonnage n°19 des Bas Longs Prés" et "Rivage" à Charleroi, ainsi qu’une zone supplémentaire du site "Cour aux marchandises SNCB de Bressoux" à Liège.

Trois sites pollués localisés sur le territoire de la Ville de Charleroi seront bientôt réhabilités par SPAQuE. Une nouvelle zone du site "Cour aux marchandises SNCB de Bressoux", sur le territoire de la Ville de Liège, fera également l’objet de travaux de réhabilitation. L’ensemble de ces travaux est financé par le Plan Marshall 2.vert.

"AMS sud" et "Charbonnage n°19 des Bas Longs Prés" à Marchienne-au-Pont

Les travaux de réhabilitation commenceront prochainement sur les sites "AMS sud" et "Charbonnage n°19 des Bas Longs Prés". De 2015 à 2017, SPAQuE a procédé au démantèlement de structures enterrées sur ces deux sites. Des investigations, réalisées au printemps 2017 sur le site "Charbonnage n°19 des Bas Longs Prés", ont permis de mettre en évidence une contamination des sols en métaux lourds, hydrocarbures cycliques et hydrocarbures pétroliers. Des prélèvements seront prochainement entrepris sur le site "AMS sud". 

A terme, ces deux sites d’une superficie cumulée de 19 hectares, formant la "grappe Charleroi Porte Ouest" avec le site voisin "Centrale électrique de Marchienne-au-Pont" (10,70 hectares supplémentaires), devraient accueillir une zone d’activité économique multimodale.

"Rivage" à Roux

L'investigation de ce site de 13,54 hectares, qui accueillait autrefois les activités des Charbonnages du Centre de Jumet, a mis en évidence des contaminations en métaux lourds, hydrocarbures cycliques, hydrocarbures pétroliers ainsi que du benzène. Une fois réhabilité, le site, propriété du Port autonome de Charleroi, devrait accueillir de nouvelles PME.

"Cour aux marchandises SNCB de Bressoux"

L’ancienne Cour aux marchandises de Bressoux, propriété de SPAQuE, a déjà fait l’objet de travaux de réhabilitation. La zone qui vient s’ajouter aujourd’hui au plan de réhabilitation, à l’est du site, est quant à elle financée par le Plan Marshall. Elle permettra l’implantation du centre de maintenance du futur tram liégeois.