L’alternance : un aller simple pour l’emploi

Un article de Vivre la Wallonie, le magazine de votre Région

C’est LA mesure-phare du Plan Marshall 4.0 en matière de formation. L’alternance est une filière d’apprentissage qui combine l’acquisition de compétences en centre de formation ou en établissement d’enseignement, avec des périodes de formation pratique sur le lieu de travail, dans l’entreprise. Elle permet donc aux apprenants, jeunes, demandeurs d’emploi, travailleurs,… d’acquérir une expérience en lien direct avec le marché du travail, mais, surtout, une qualification articulée aux réels besoins de compétences des entreprises.

Régie par un contrat signé entre le jeune ou l'adulte en formation et l'entreprise qui l'accueille, l’alternance conduit à des métiers techniques et technologiques, artisanaux, commerciaux ou de service. Elle concerne donc également les études supérieures, comme les Masters en alternance en génie analytique orientation biochimie (HELHa), en gestion de chantier spécialisé en construction durable (HERS) ou encore en Sciences du travail (ULB et ULg), comme le master inauguré le 24 avril dernier par le Gouvernement wallon à Charleroi.

Si l’alternance s’adresse à tous les publics, elle est tout aussi intéressante pour les entreprises. Petite ou grande entreprise, du secteur marchand ou non-marchand, à vocation commerciale, administration publique ou ASBL, toutes les entreprises peuvent conclure un contrat/convention de formation. Elles doivent toutefois être agréées, notamment par l'IFAPME, l’interlocuteur principal de l’alternance en Wallonie, pour attester de leur potentiel de formation et d’encadrement des jeunes.

Se former en alternance, c'est la meilleure manière d'apprendre un métier…

« En Suisse, en Allemagne ou dans les pays nordiques, la formation en alternance est une pratique courante et très intégrée dans les parcours scolaires », explique l’IFAPME.  « C'est une méthode concrète et dynamique d'apprentissage qui a depuis longtemps fait ses preuves en Belgique et ailleurs en Europe.  En Suisse par exemple, il n'est pas rare qu'un ingénieur industriel passe une partie de son cursus en entreprise dans le cadre d'une formation en alternance. »

…et de trouver de l’emploi !

Selon une étude de l'Université de Liège, 6 mois après la fin de leur formation, 88 % des apprentis diplômés ont trouvé un emploi ou ont poursuivi une formation qualifiante; 88 % des candidats chefs d'entreprise diplômés se sont insérés sur le marché de l'emploi sont devenus indépendants ou ont créé leur TPE.

Chaque année, le réseau des Centres IFAPME accueille pas moins de 14.000 jeunes et adultes dans les formations en apprentissage et les formations de chef d'entreprise.

L’alternance ? Une immersion unique !

Maxime Temmerman, 25 ans

Gestionnaire de chantier chez MACORS à Hamois

Quel est votre parcours ?

Après mes humanités générales à St-Louis à Namur, j’ai décidé, ayant toujours eu une fibre de bricoleur, de suivre un bachelier en construction, option bois, à Libramont. Au terme de ces 3 années, j’ai tenté la « passerelle » pour devenir ingénieur industriel. Mais au bout de 2 mois, j’ai senti que ce n’était pas pour moi. J’ai donc commencé à travailler comme ouvrier polyvalent dans la construction.

Vous vous dirigez alors vers l’alternance ?

Tout à fait, via un Master en gestion de chantier à la Haute école Robert Schuman à Arlon. Concrètement, pendant 2 ans, on alterne des modules de 3 à 10 semaines entre l’école et l’entreprise. J’ai pour ma part commencé dans l’entreprise BATIS-MOI à Villers-la-Ville avant de terminer ma formation chez MACORS à Hamois, une entreprise spécialisée dans le travail de qualité et la rénovation et pour laquelle j’ai eu un coup de cœur lors d’une journée portes ouvertes.

Et avez-vous trouvé du travail ensuite ?

Après le dernier module en entreprise, j’ai remis mon TFE (NDLR : travail de fin d’étude) et quelques semaines plus tard, juste avant les congés du bâtiment, vers le 15 juillet, mon patron m’a rappelé et m’a proposé un poste. Je suis aujourd’hui en CDI chez MACORS en tant que gestionnaire de chantier. Concrètement, j’assure le suivi technique et financier ;  l’approvisionnement du chantier en matériaux ou encore la gestion des ouvriers et des sous-traitants.

Quel regard portez-vous sur l’alternance après l’avoir expérimentée?

C’est une immersion professionnelle unique qui m’a permis d’obtenir il y a un an un emploi dans l’entreprise de mon choix. Ca vous permet par ailleurs de toucher une rétribution pendant vos études (7.510€ par an réparti sur 10 mois) et, pour votre employeur, vous constituez un investissement pour l’avenir à faible coût. Résultat, vous évoluez dans votre entreprise et dans l’apprentissage de votre métier avec beaucoup moins de pression.

Info?
Vous former en alternance

Accueillir un stagiaire en alternance