Étudier et entreprendre ? N’hésitez plus !

Devenir entrepreneur tout en étudiant, c’est désormais possible grâce au statut d’étudiant-entrepreneur mis en place par l’Agence de l’Entreprise et de l’Innovation (AEI) dans le cadre du Plan Marshall 4.0.

Le but : Développer l’esprit d’entreprendre chez les jeunes (atout indispensable pour l’avenir de la Wallonie) en offrant aux étudiants la possibilité de concilier plus facilement cursus académique et création d'une entreprise.

Concrètement, ce statut offre à l’étudiant une série d'aménagements (horaires de cours/d'examens, étalement, encadrement du projet entrepreneurial, mémoire sur son projet d’entreprise, etc.) lui permettant de mener de front ses cours et ses activités d'entrepreneur tout en maintenant, bien sûr, des exigences académiques identiques. Être étudiant-entrepreneur, c’est  par ailleurs bénéficier d’un accompagnement personnalisé.

Partout en Wallonie

En septembre dernier, le statut d’étudiant-entrepreneur a fait une rentrée remarquée puisque 5 villes (Charleroi, Liège, Louvain-la-Neuve, Namur et Mons) ont vu leurs forces vives (hautes-écoles, universités, partenaires économiques) se fédérer pour proposer l’incubation et la facilitation académique de ses étudiants.

En chiffres

Année académique 2015-2016 : 68 étudiants, 44 projets qui ont mené à la création de  9 entreprises
Année académique 2016-2017 : D’ores et déjà, 85 projets

LinKube : Zoom sur l’incubateur namurois pour les étudiants-entrepreneurs

Depuis la rentrée, les étudiants-entrepreneurs des écoles supérieures et des universités de la Province de Namur peuvent bénéficier des services de LinKUBE, le nouvel incubateur étudiant. 

Concrètement, les étudiants incubés pourront bénéficier :

  • d’un accompagnement personnalisé avec les coachs du Bureau économique de la Province (BEP),
  • d’un bureau au sein des infrastructures du TRAKK, un espace (hub) dédié à la créativité et à l’émergence de nouveaux produits et services,
  • d’un parrainage d’entrepreneurs expérimentés mais aussi la possibilité de consulter des experts,
  • d’un numéro d’entreprise test,
  • et d’une visibilité de leur projet.

Pour mener à bien ce projet, le BEP s’associe avec des partenaires parmi lesquels le Pôle Académique de Namur (PAN), les Universités et Hautes Ecoles du Namurois, mais aussi le Namur Entrepreneurship Center et Namur Invest.

Objectif : Une création d’entreprise dans les deux ans d’accompagnement!

SUNSLICE : Vous reprendrez bien une tranche de soleil ?

Geoffroy Ghion et Henri Gernaey sont deux étudiants de l’Ecole polytechnique de Louvain ayant bénéficié du statut PEPS étudiant-entrepreneur, lancé par l’UCL en 2015.

Leur projet : Sunslice, le plus petit et le plus portable des chargeurs solaires existant sur le marché. D’une épaisseur de 4 mm seulement, il se replie pour prendre le format d’une carte de crédit et est  capable de recharger un smartphones à la même vitesse qu’une prise électrique par un temps ensoleillé. Ses ports USB et micro-USB intégrés permettent d’avoir une solution complètement autonome.

Cette idée tout simple, née lors d’un cours pratique, a aujourd’hui été récompensée par plusieurs prix dont celui très prestigieux du TIEcon02016 à Santa Clara en Californie où ils ont pu présenter leur produit devant un large panel d’investisseurs. Geoffroy et Henri font désormais partie de l’Yncubator, structure d’aide à l’émergence de stratups en Brabant wallon, où ils travaillent à la confection de leur prototype.

3 questions à Sunslice

VLW : Quel a été pour vous le plus grand intérêt du statut d’étudiant-entrepreneur ?

Sunslice : La plus grande plus value est le fait d'être reconnu comme entrepreneur au sein de l'université et donc de se sentir soutenu au cas où il faudrait demander une faveur, une aide. Comme lorsqu’il faut par exemple déplacer un examen qui tomberait lors d'un déplacement important (concours, forum, opportunité de dernière minute). Savoir que ces aménagements peuvent être demandés si nécessité est réconfortant et permet de foncer lorsqu'une opportunité se présente.  On sait que l’on peut aussi toujours demander, lorsqu'un souci technique est par exemple rencontré, un service, un conseil aux labos.

VLW : Quelle a été la principale conséquence d’avoir été étudiant-entrepreneur ?

Sunslice : Nous avons remporté le prix TiEcon lors du salon TiEcon 2016 à Santa Clara dans la Silicon Valley en Californie (photo). Il s’agit d’un prix décerné aux startups prometteuses. Concrètement, il s'agissait de faire un business plan détaillé et de venir ensuite le présenter lors d'un pitch devant un panel d'investisseurs. Ce prix nous a ensuite ouvert les portes de l’Yncubator (CEI – Centre d’Enterprise et d’Innovation - de Louvain la Neuve), ce qui est évidemment très intéressant bien sûr pour le développement de la startup. En ce moment, nous travaillons sur le développement du prototype grâce, entre autres, à un partenariat avec un laboratoire industriel.

VLW : Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui hésiterait à se lancer ?

Sunslice : Concilier étude et entreprenariat, ce n’est pas facile mais pas impossible du tout. Il faut avoir les reins solides à certaines périodes de l'année (quand tous les projets sont à rendre, que les examens approchent et qu'en plus il y a une présentation de la startup ou un concours à préparer, sans oublier les hobbys, passions et autres engagements et responsabilités). Cela nécessite beaucoup d'organisation mais c'est faisable et intéressant de manière générale de savoir s'organiser. Le conseil que l’on pourrait donner se résume en une citation, qui résume bien, selon nous, la passion et la force motrice de tout entrepreneur : "Poursuis tes rêves ou tu passeras le reste de ta vite à travailler pour quelqu’un qu’il l’a fait. »